Anachronismes

Anachronismes et conformité: vaste programme !

Comme l’indique ce titre, le nouvel article des Grognards de Haute Alsace porte sur la chasse aux anachronismes et la recherche de la conformité, dans les groupes musicaux qui ambitionnent de reconstituer une page de notre histoire. Cette activité est un art difficile lorsqu’elle touche à la période du 1er Empire, riche et plutôt complexe sur son aspect uniformologique. Elle devient ardue lorsqu’il s’agit d’y joindre le rythme et la musique d’une époque déjà éloignée, ne comportant pas ou peu de traces écrites pour ce qui concerne les tambours. La Batterie des Grognards de Haute Alsace qui reconstitue la célèbre batterie du 1er régiment de Grenadiers à pied de la Garde impériale www.tambours-bgha.org , n’a donc pas choisi la facilité. Cette préférence a été guidée par notre instrument de prédilection, lié à cette époque au cours de laquelle le tambour français connu son apogée, par le nombre de musiciens. Ce choix tient aussi à la mémoire et au respect dû à nos aïeux qui parcoururent à pied et au son de cet instrument vieux de mille ans, toute l’Europe.

ac01

Retour sur 22 années de travail collectif, de recherches et de musique au sein de la BGHA.

 A partir d’un groupe de Tambours déjà expérimentés, ayant participés dans les rangs des « Tambours nationaux » au défilé du bicentenaire de la révolution française à PARIS ; notre association fondée en 1991 s’est dotée au fil des ans d’un équipement soigné, conforme à l’ordonnance d’habillement de 1810. Cette référence réglementait l’uniforme des Grenadiers affectés dans ce régiment d’élite. Les groupes de reconstitution procédant de cette manière, on y trouve peu d’anachronismes. Tous restent vigilants à cette question. En revanche, les anomalies sont légion dans les groupes de « marcheurs » peu documentés car insensibles au thème de la conformité. On peut en trouver défilant avec des chaussures de sport, des tenues en tergal, des appareils photo, téléphones portables ou lunettes teintées, sous des bonnets à poils fantaisie.

ac02

 Au-delà des anachronismes visuels aisément détectables, il y a un objectif plus difficile à rejoindre : celui de la « conformité historique. » Celle qui touche à l’époque ambitionnée et donc aux effets confectionnés. Aux instruments et partitions jouées. Aux matériels et accessoires portés selon la période retenue. Des ouvrages et de la documentation existent en grand nombre. Ils sont accessibles à tous. Des musées sont ouverts aussi: celui de l’armée au sein de l’hôtel national des Invalides, PARIS 7e, et celui de l’Empéri à SALON de Provence. Il faut aimer s’y promener, s’y documenter et s’y enrichir avant de se lancer dans la création de répliques d’uniformes. C’est une bonne méthode pour ne pas se tromper et par la suite, ne pas duper son public, même de loin !

ac03

Choisir un maître tailleur spécialisé est un élément déterminant pour un groupe. Retrouver les bons tissus de laine, de drap et de lin, leurs grammages respectifs. Connaître et rassembler les teintes de l’époque, les patrons et la coupe exacte des effets selon la période. Retrouver les boutons dorés de la Garde fabriqués à l’identique, les revers, les grenades brodées, le galonnage doré à bâtons ou chevrons et leur positionnement précis sur l’uniforme ; les galons et les brisques d’ancienneté aurore, la doublure et les crochets de fermeture de l’habit, excluant tout autres produits de mercerie plus pratiques, mais aussi plus contemporains. Velcro, pressions, fermetures éclairs sont vertement proscrits en reconstitution !

La culotte blanche à la coupe si particulière et ses bretelles en tissu et boutons recouverts de drap. La chemise Joachim à lacet. Le tour de cou noir cache col. Le gilet blanc en lin, sans manches mais à boutons dorés. Les guêtres blanches à boutons recouverts de drap et les guêtres noires à boutons dorés : blanches l’été, noires l’hiver !

ac04

Le bonnet d’oursin en poils noirs Baribal (ou en chèvre du Tibet), doit lui aussi être conforme. Des fabricants spécialisés existent. Le plumet rouge en plumes naturelles de coq et sa cocarde brodée de 1810 en laine, le cordon raquette en coton blanc très sec noué à la main, la plaque de la Garde en laiton estampillé et la grenade sur le cul de singe, constitueront le bonnet à poils d’un grenadier de la Vieille Garde impériale. En tenue de quartier, le grenadier en simple chemise ou « sarreau » blanc ou bleu, doit être coiffé d’un bonnet de police. Chaque musicien de la BGHA en est doté. En parallèle à ce descriptif qui porte sur l’équipement conforme des Tambours, l’officier Porte Aigle, le Tambour-major, le Grenadier et la cantinière de la formation musicale, revêtent des uniformes, des attributs, des cuirs, armes et accessoires en tous points spécifiques à leurs fonctions respectives.

ac05  ac06  ac07  ac08

Sont conformes chez nous, les buffleries de cuir blanchi tel que le collier de tambour, sa grenade et son porte baguettes doré, reposants tous deux sur un encart en drap de laine écarlate. Le tablier du Tambour en cuir blanchi, aux cotes extraites d’un manuel retraçant les créations de l’époque. Le crochet en laiton monté sur un passant en cuir blanc venant soutenir l’instrument. Le baudrier porte briquet et le sabre de la Garde impériale mesurant 84 cms, de la manufacture d’armes de Klingenthal (celle là même qui fourni en son temps, les armées napoléoniennes), son fourreau en cuir noir à deux garnitures laiton. Sa dragonne en cuir noué, sa cravate, son passant et sa floche en laine écarlate. Nos gants blancs sont en cuir aussi…

ac09

 Tous nos effets sont ceux tirés du 1er Empire, reproduits à l’identique. Contrairement à une idée fausse mais bien répandue, les lunettes de vue (ou bésicles), existaient bien à cette époque où il était de mauvais goût d’en porter, pour des raisons esthétiques… On trouve celles du maréchal LANNES au musée de l’armée. Ces lunettes étaient souvent petites, de forme ronde, avec des montures en os de baleine ou métal blanc. Evidemment, les lunettes de soleil n’existaient pas (bien qu’on ait retrouvé la trace civile, de verres teintés au bleu de cobalt). Il s’agit bien d’un anachronisme lorsqu’on en rencontre ici ou là, en reconstitution d’unités militaires. Les « Ray Ban » sont bien postérieures à la période de l’Empire ! (Bausch & Lomb en 1937)

ac10

Les montres « Casio, Festina ou Rolex » n’existaient pas non plus… mais la montre gousset, retenue par une chainette attachée au quatrième bouton du gilet, se portait dans la poche droite de celui ci. Les musiciens de la BGHA en sont dotés.

ac11

Bien que non réglementaires dans l’armée régulière, les moustaches et les favoris étaient portés par les Tambours de la Vieille Garde, tout comme l’anneau en or placé à l’oreille gauche. Tous ces signes sont distinctifs de la Garde impériale. Des privilèges accordés aux « Vieux de la Vieille », les vieux soldats de la Vieille Garde comme on le dit toujours aujourd’hui, sans trop savoir d’où l’expression nous est venue…

ac12

Les souliers de marche étaient en cuir noir épais, mais pour une raison évidente de confort et d’uniformité, nous avons opté pour la chaussure basse, en cuir noir, à bout arrondi (le modèle des armées). La pipe, fragile en terre cuite, faisait elle aussi partie du paquetage du grenadier et nous disposons d’un modèle qu’il est possible d’acquérir sur notre site internet. Tomber au champ d’honneur revenait donc à «casser sa pipe». Autre expression bien connue tirée du 19e siècle.

ac13

Socle fondamental sur lequel repose la BGHA, nos magnifiques tambours impériaux ont été réalisés à notre demande, selon nos orientations et les références de l’époque. Les timbres et les peaux sont au plus près de ce qu’ils étaient, même si dans ce domaine nous avons recherché et obtenu la qualité sonore du tambour français avec des peaux textiles, plutôt qu’un visuel identique à l’original, avec des peaux animales plus sensibles aux variations climatiques. Les matériaux qui constituent l’instrument comme le fût, les cercles, le cordage, les passants en cuir, les peintures, couleurs et décors, sont conformes. Les baguettes en bois sont noires avec olives rondes (72 grammes chez nous) Elles ne comportent pas de viroles.

ac14

Un autre sujet, celui qui porte sur les commandements et l’ordre serré, doit aussi faire l’objet d’attention. On ne commandait pas hier une troupe comme on commande aujourd’hui. C’est l’école du soldat sous le 1er Empire. En outre, les commandements et manœuvres qui s’adressent à une troupe en armes ne sont pas ceux commandés aux musiciens, à la canne du TM. D’excellents manuels existent et il convient de les posséder, de les connaître et de s’en inspirer lors des concerts et défilés : le manuel du Tambour-major de Robert GOUTTE est un remarquable support.

ac15   ac16   ac17

Il y a aussi les anachronismes qui touchent aux choix musicaux et là, le débat est vaste et les chicanes souvent nombreuses. On peut parfois voir et entendre des groupes prétendument « napoléoniens » portant des costumes et équipements approximatifs, enchainer des pièces aux accents modernes, ce qui n’a guère de sens mais l’amateurisme s’explique toujours par le manque de temps… (de volonté et de travail aussi.)

Dans le domaine des écritures « tambouristiques », l’instruction pour les Tambours de 1754, constitue une base d’informations et d’enseignements utiles à celles et ceux qui ambitionnent d’étudier et de pratiquer cet instrument. Une récente étude menée par M Thierry BOUZARD que nous remercions, a été présentée lors de l’AG des Tambours de 89 à la mairie des LILLAS (93) Naturellement, il existe une bibliothèque de documents sur ce thème du tambour français (et des écritures d’ordonnance ou musicales), dont nous ne ferons pas l’inventaire ici mais son travail de recherches le complète de fort belle manière. L’intérêt premier n’est évidemment pas d’en faire un étalage épistolaire, mais bien de s’en inspirer et surtout, de détenir et d’améliorer sa technique instrumentale pour exécuter ces partitions anciennes convenablement, lorsqu’on est en situation d’instrumentiste (et d’en expliquer au public le sens exact, ce que nous nous efforçons de faire lors de nos aubades et concerts.) De la théorie à la pratique instrumentale, c’est souvent là ou la bât blesse les plus prolixes et on en connait qui souffrent !

Pour mémoire, les batteries de l’Empire, peu nombreuses, ont été retranscrites à l’oreille par Charles GOURDIN (1868-1936) qui était lui-même Tambour Major de la Garde républicaine de PARIS (1895-1911). Tout en transcrivant les rythmes rappelés par un ancien Tambour qui se nommait Philippe EDOUARD, l’interprétation en a été modifiée lors de l’écriture, pour des raisons de musicalité. Par ailleurs, l’Empereur lui-même n’a sans doute jamais entendu le «Rigodon d’honneur» postérieur à l’époque ni le «Réveil au bivouac» Cette dernière est-elle même composée de deux batteries distinctes, n’ayant pas la même signification : la Diane et le Rigodon. Les batteries de l’Empire n’étaient donc pas jouées telles que nous les interprétons aujourd’hui. Il était notamment interdit de jouer sur les cercles.

ac18

La cadence d’interprétation doit être celle de l’époque, soit 60 pas minutes, parfois davantage (pas redoublé et pas de charge notamment). La manière de battre, d’évoluer et de se déplacer, doivent être conformes elles aussi.

ac19

La sonorité de l’instrument français plutôt – grave, profonde et feutrée – à toute son importance en extérieur comme en salle. Un tambour français ne délivre pas le son claquant d’un tambour bâlois, ni celui métallique d’une caisse écossaise : beaucoup de musiciens l’oublient dans l’hexagone et les enregistrements disponibles sur YouTube et les réseaux sociaux le démontrent, eux aussi.

Par ailleurs, la technique instrumentale d’un Tambour français n’est pas celle d’un batteur et la valeur individuelle d’un instrumentiste doit s’occulter au profit de la symbiose et de la musicalité du groupe tout entier: «Le tambour est un art collectif» Jouer ensemble ne s’improvise pas. Cela s’apprend et ça nécessite des heures de répétition, des réglages de sonorité. Une presse pour tambours comme celle que nous utilisons régulièrement est donc nécessaire pour accorder les tensions d’où découlent les sons, et obtenir ainsi un rendu acoustique cohérent et de belle qualité.

ac20   ac21

La batterie du 1er Grenadiers à pied était composée de 16 Tambours dirigés par un Tambour Major. Ayant fait le choix de reconstituer ces musiciens là, nous jouons ensemble et nous nous écoutons. Le rendu sonore doit être celui voulu par le compositeur. Les nuances doivent être jouées par tous. Elles doivent ressortir telles qu’elles ont été écrites. Il s’agit de musique, de mélodie, de précision, d’un travail de cohérence et donc d’ensemble. Vaste programme qui nécessite du travail, de l’assiduité, un bon chef de pupitre, des prises audio et vidéo et… de la discipline. Il n’a jamais été nécessaire de «buriner» pour bien jouer de cet instrument comme on l’entend trop souvent. C’est même l’inverse. La finesse d’interprétation est un gage de qualité musicale.

ac22

En uniforme de Grenadiers de l’Empire, il ne peut être joué de pièces modernes. Néanmoins, des exceptions musicales peuvent voir le jour, selon les circonstances, car l’ajout ponctuel de quelques pièces et Rigodons postérieurs au 1er Empire, peuvent venir agrémenter le programme comme «Escarmouche», «La valse des Tambours » ou bien encore l’exécution de musiques d’ensemble comme ce fût notre cas avec la fanfare de cavalerie de la Garde républicaine et la fanfare de la police suisse. Nous avons interprété «Michel STROGOFF» puis «HIGHLAND CATHEDRAL». Standing ovation du public sur ces magnifiques œuvres! Mais quelques remarques aussi d’esprits chagrins : «Highland Cathedral, ce n’est pas de l’Empire ça !!!»

ac23   ac24

 Et bien non, comme son nom l’indique, «Highland Cathedral» n’est pas davantage une œuvre du 1er Empire qu’une sonnerie d’un régiment de cavalerie ! Lors d’un final clôturant 3h00 de concert mettant à l’honneur nos invités, nous n’avions guère le temps (tout comme nos amis cavaliers de la Garde), d’aller nous changer! Hormis ces exceptions bien expliquées au public par notre grenadier historien en charge de la présentation des morceaux, une tenue vestimentaire civile est toujours privilégiée pour interpréter des pièces modernes, dont une quarantaine sont inscrites à notre programme. A cet effet, la BGHA s’est dotée depuis 1991 de plusieurs tenues civiles adaptées au « contemporain ». Les deux programmes sont donc interprétés distinctement : on ne mélange pas les genres musicaux et vestimentaires au sein de la batterie. On invite donc cordialement ceux qui acceptent, observent, tolèrent ou commentent ces anachronismes ou erreurs au sein de leur propre association (ou groupement), d’assumer leurs insuffisances ou dérives sans transférer ni généraliser aux autres groupes qui comme nous, font l’effort de recherche, l’effort matériel, l’effort financier, l’effort musical,  comportemental et disciplinaire, de respecter l’Histoire et l’oeuvre de reconstitution qui en découlent.

 ac25

Enfin, la tache qui se rapporte à la « conformité historique » est une action délicate et coûteuse en termes de travail, de recherches et d’investissements financiers. Près de 4500 Euros sont nécessaires pour équiper un seul musicien et ceci, avec très peu de subventions. Seules les recettes de nos 22 années de concerts ont pu permettre ces investissements. Parfois convoitée voire chicanée, rien n’est cependant laissé au hasard au sein de la BGHA : des améliorations sont toujours en cours de réalisation et nous envisageons, notamment, d’investir en 2014 dans la confection de vingt manteaux d’hiver identiques à ceux qui équipaient les grenadiers de la Vieille Garde, tout en améliorant avec des peaux et timbres nouveaux, la sonorité bien française de nos instruments.

Photo0035_PhotoRedukto

 ac26

Pour conclure ce court article dédié aux anachronismes et à la recherche de la conformité historique, le travail et l’implication de tous les membres est nécessaire. C’est une règle chez nous et cette « alchimie associative » réussie plutôt bien. L’assemblage de talents individuels faisant la richesse collective d’un groupe, c’est notre bien le plus précieux. Ce bien bonifié au fil des ans est au service du tambour français et de la musique. Au service de notre patrimoine historique, musical et artistique. On progresse au pas lent et on ne s’en lasse pas : et vous ?

 Le comité de la BGHA.

ac27

 

ac28   ac29

 

 

 

 

Les vidéos de jft886 sur Dailymotion

 

septembre 2017
LMMJVSD
« Jan  
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Derniers articles publiés

Articles les plus lus

Copyright © 2010 Origin Info System.