L’apogée et le déclin

Lors de la réunion de la Hollande à la France, la garde royale hollandaise devint le 2e régiment des grenadiers de la Garde impériale et le général de brigade TINDAL en prit le commandement. Les Hollandais conservèrent leurs uniformes blancs, à l’exception des signes du gouvernement hollandais, mais ne prirent pas la plaque de bonnet propre au 1er régiment. Le maréchal DAVOUT était alors commandant des grenadiers à l’état-major général, le général DORSENNE, chef d’état-major du corps des grenadiers à pied et le colonel baron MICHEL, le commandant du 1er grenadiers à pied.

Le 5 avril 1811, il fut créé pour la Garde une école de tambour composée de 96 élèves dont 16 étaient à la suite du 1er régiment.

Le 18 mai un décret pris par l’Empereur au château de Rambouillet, faisait renaître le 2e régiment de grenadiers à pied de la vieille Garde sous les ordres du major baron HARLET et portait celui des grenadiers hollandais sous l’appellation de 3e régiment. Le nombre de grenadiers fut alors porté à 4 800 hommes.

Le 19 juillet, un autre décret pris à Trianon stipulait que le nombre des sous-officiers et soldats sur les listes régimentaires des postulants potentiels pour la Garde était porté à dix hommes par régiment au lieu des six prévus depuis 1804.

 

 

 

 

Les vidéos de jft886 sur Dailymotion

 

octobre 2020
LMMJVSD
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Derniers articles publiés

Articles les plus lus

Copyright © 2010 Origin Info System.